C8, C9, C12, C21, C24, C29

C8, C9, C12, C21, C24, C29
(cf C8, C9, C12, C21, C24, C29).

De nouvelles techniques ont été développées ces dernières années pour le traitement des pathologies artérielles (athérosclérose, anévrisme de l’aorte abdominale). Au vu des résultats postopératoires et du bénéfice d’un trauma beaucoup moins important pour le patient, les industriels axent leurs recherches sur de nouveaux substituts artériels associant une prothèse vasculaire (Dacron ou PTFE) et une endoprothèse (acier ou matériau à mémoire de forme). De nombreux problèmes doivent être résolus in vitro avant d’envisager une expérimentation animale puis clinique.

En 1995, en collaboration avec la société Intervascular (USA), un banc d’essai a été construit dans le but de maîtriser le comportement mécanique et hémodynamique de prothèse endovasculaire ainsi que les techniques d’introduction, de déploiement, de maintien et de comportement de ce matériel. Ce simulateur vasculaire « Homme artificiel » inclut un arbre artériel quasi-complet, avec les principales artères (coronaires, crosse aortique jusqu’aux artères fémorales), dans un matériau élastique et transparent, le polyuréthane, qui permet de reproduire différentes configurations d’introduction de matériels endovasculaires (anévrisme, artères iliaques tortueuses, sténoses, collets de longueur variable, etc...). Le moulage, maintenu dans une enceinte thermostatée à 37°C, est inséré dans un circuit hydraulique reproduisant des conditions de débit et pression physiologiques. Les éléments composant les deux circuits (primaire et secondaire) sont semblables à ceux du banc décrit au §1 : une pompe volumétrique à engrenages contrôlée par un générateur hydrodynamique et un synthétiseur, des éléments capacitifs et résistifs pour simuler les propriétés du lit artériel. Par ailleurs, le banc est équipé de moyens de contrôles spécifiques (débitmètre, chaîne de pression, fibre endoscopique, radioscopie, contrôle vidéo) obtenus grâce à une subvention européenne (FEDER).
Elements du circuit hydraulique composant le simulateur

Cet outil est associé à un aspect pédagogique pour la formation des cliniciens, des personnels hospitaliers et des industriels à ces nouvelles techniques, ou à des matériels spécifiques.
Essais sur le simulateur vasculaire
Il s''agissait dans cette collaboration avec la société Intervascular d''optimiser un nouveau type de prothèses endovasculaires pour anévrisme de l''aorte abdominale. Cette technique consiste à reconstruire par voie endoluminale la bifurcation aorto-iliaque à l''intérieur de l’anévrisme en utilisant des endoprothèses à mémoire de forme couvertes d''un tissu en Dacron.

Le simulateur permet de reproduire le geste du praticien le plus fidèlement possible, depuis le lieu supposé de l’incision jusqu’au positionnement définitif du stent. Les principaux intérêts de ce moyen d’essai pour les industriels sont d’une part d’éliminer une grande partie des essais préliminaires in vivo sur l’animal, et d’autre part d’effectuer des expérimentations adaptables à leur matériel dans des conditions physiologiques parfaitement reproductibles, éventuellement sur une longue période. De nombreux problèmes pratiques liés à l’accès de l’introducteur, au positionnement, au déploiement et à la fixation de l’endoprothèse, et surtout à l’étanchéité du système ont ainsi été résolus.